PROJET DE CONSTRUCTION DU CENTRE FUNERAIRE CHABLAIS-RIVIERA

L’incinération a de tout temps fait partie de la vie des hommes depuis que ce dernier maîtrise le feu. Au commencement ce fut par croyances, différentes civilisations étant persuadées que ce procédé permettait à l’âme de rallier le dieu aimé. De nos jours, certaines croyances y font encore allusion, ceci est notamment le cas en Inde.

Plus près de nos latitudes, le mode actuel d’incinération nous est venu d’Angleterre et des pays du Nord, Hollande en tête, où 95% des défunts se font aujourd’hui incinérer.  

En 1997, la municipalité de Vevey a décidé de fermer son crématoire. Ce dernier n’était plus aux normes et son réaménagement aurait eu un coût exorbitant ; les infrastructures ne correspondaient plus à l’usage et le passage aux nouvelles normes nécessitait, entre autres, de déplacer ou supprimer un grand nombre de tombes existantes.

Depuis ce jour, l’ensemble de la population, du Chablais au Lavaux, doit se rendre à Sion ou à Lausanne pour procéder à l’incinération de ses défunts. Cette situation engendre un surcoût pour les familles et des jours d’attente durant plusieurs périodes de l’année - attente pouvant aller de 3 à 10 jours pour procéder à l’incinération.  

Pour la région concernée, le taux d’incinération ne cesse d’augmenter et se situe aujourd’hui à environ 70% des décès. La construction d’un lieu de crémation dans la région ne fera qu’augmenter ce taux, certaines familles ne voulant pas payer le surcoût dû au transfert du corps à Sion ou à Lausanne.

Nous avons mis en place ce concept de Centre Funéraire en constatant la forte augmentation du nombre d’incinérations dans notre région, l’incapacité des Centres existants d’absorber ladite augmentation ainsi que les remarques des familles que nous avons accompagnées lors d’un deuil.

CONSTATATIONS DIVERSES

Lors de notre étude auprès de plus de mille familles, nous avons constaté que plusieurs choses étaient importantes à leurs yeux :

  • PROXIMITE
  • COMPLICATIONS
  • ATTENTE LONGUE  
  • SURCOÛT

PROXIMITE DU LIEU D’INCINERATION

Nombres de familles nous ont fait part du fait que procéder à l’incinération de leur défunt soit à Lausanne soit à Sion n'était pas très optimum, car plusieurs familles auraient aimé accompagner leur défunt jusqu’au crématoire, mais au vu des distances, il ne leur était tout simplement pas possible de le faire pour bon nombre d’entre-eux, soit pour des raisons de transports, pas de voiture ou simplement trop compliqué pour des personnes d’un certain âge de rouler plus de 150 km, certaine fois en fin de journée, et surtout dans des moments de deuils pas toujours faciles à surmonter.  

Afin de pallier à ces différents problèmes, certaines familles ont opté pour deux services religieux, un au domicile du défunt, et l’autre soit au Centre funéraire de Montoie (Lausanne), soit au Centre funéraire de Platta (Sion). Cela a eu pour conséquence pour certaines familles de se retrouver seule pour ce 2ème office, et ce qui a aussi eu pour effet de devoir laisser certain membre desdites familles au lieu du premier office, et ceci afin de pouvoir accueillir et remercier les personnes présentes lors du premier office religieux.

D’autres familles ont opté pour un office religieux directement au Centre Funéraire sans office préalable au domicile du défunt, mais cela a engendré d’autres difficultés, faire déplacer des personnes, souvent âgées, loin de leur domicile, ce qui n’est malheureusement pas possible pour bons nombres d’entre nous. Il y a même eu une famille qui s’est retrouvée toute seule lors de l’office religieux au Centre Funéraire, n’ayant du coup pas de soutien, important dans ces moments.

COMPLICATIONS

Outre le fait que se pose le problème de voir partir son défunt seul au Centre funéraire,  

un autre problème survient fréquemment lors d’une incinération externalisée, la reprise des cendres et l’inhumation de l’urne dans l’endroit choisi.  

En effet, au moment de la mondialisation de notre Nouveau Monde économique, bons nombres de personnes de la famille directe du défunt ne vivent plus au lieu de leur enfance, donc très souvent le lieu de domicile du défunt, et ne peuvent pas toujours se déplacer sur plusieurs centaines, voir certain plusieurs milliers de kilomètres pour certain, afin d’assister à la mise en terre de l’urne (ou autre) de leur proche, celle-ci ne pouvant très souvent pas être disponible le lendemain de l’incinération, mais parfois l’attente peut allé jusqu’à 15 jours, ceci dû aussi au fait que les deux crématoires en fonction ne peuvent pas toujours absorbé le flux de crémation, sans cesse en augmentation.

LONGUE ATTENTE

L’attente que doivent subir certaines familles pour procéder à l’incinération de leur défunt, n’est pas toujours simple à gérer. Ces attentes peuvent atteindre 10 jours après le service religieux, et reportent d’autant la mise en terre de l’urne dans l’endroit choisi.

SURCOÛT

Le transfert depuis le Chablais et/ou la Riviera soit à Lausanne soit à Sion, ainsi que la reprise des cendres engendrent un coût qui peut aller jusqu’à représenter deux fois le coût de base d’une incinération, surcoût que toutes les familles se seraient volontiers passé.  

Nonante pour cent des familles consultées ont déclaré que cela aurait été plus simple et surtout moins onéreux de pouvoir procéder à l’incinération plus proche du lieu de domicile des familles.

C’est dans cette optique que nous avons travaillé sur un projet de Centre Funéraire se situant entre celui de Lausanne et celui de Sion, le district d’Aigle.

Notre réflexion se base tant sur plus de 30 années d’expérience professionnelles en tant qu’entrepreneur de Pompes Funèbres, que des divers commentaires que nous avons pu relever auprès des familles interrogées.